l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Repentance'

Tag Archives: Repentance

Marine Le Pen et l’Histoire de France

Affiche du Front National pour les élections régionales de 2010

Affiche du Front National pour les élections régionales de 2010

Dans mon « Vite dit » d’aujourd’hui je relaie un texte paru sur le site Aggiornamento histoire-géo et signé des mains de Laurence de Cock et Véronique Servat. Celui-ci est, avec raison, extrêmement critique vis-à-vis de la vision de la présidente du Front National concernant l’enseignement de l’Histoire que ce soit dans le primaire ou dans le secondaire. Celle-ci a été dévoilée lors du déplacement de Marine Le Pen à Rocamadour dans le Lot le 26 février dernier. Néanmoins, une enquête un peu plus fine autour des paroles prononcées par l’élue frontiste lors de la conférence aurait pu permettre aux auteures de mettre en avant d’autres éléments à charge. Avant de révéler ceux-ci, je reproduis tout d’abord le texte d’Aggiornamento :

Peu de disciplines enseignées suscitent autant l’intérêt des politiques que l’histoire. Rien d’étonnant donc à ce que, Le 26 février dernier, Marine Le Pen s’exprime à son tour sur le sujet. A l’école primaire, L’histoire, apprend-on, devrait abandonner l’enseignement de la seconde guerre mondiale « trop complexe » et celui des aspects « trop négatifs » de la colonisation. Il faut “rééquilibrer” l’apprentissage de l’histoire de France selon Marine Le Pen. Les enfants pourraient donc se contenter de l’« histoire de France, la plus positive, la plus valorisante, pour que chaque Français conscient du passé en soit également fier, et pour que chaque citoyen français en soit un ambassadeur”.

Que Marine Le pen se rassure, les programmes Darcos depuis 2008, écrits dans une complète opacité, en reviennent déjà à ce modèle passéiste. Reposant à la fois sur la mémorisation de grandes dates-repères et de figures héroïques, les élèves de l’école primaire subissent une vision de l’histoire nostalgique, totalement éloignée des renouvellements historiographiques récents. Ces programmes, dénoncés par tous, n’ont comme seul mérite de n’avoir pas osé renoncer à l’enseignement des questions dites « sensibles », aux enjeux sociétaux importants, comme la destruction des Juifs d’Europe ou encore l’enseignement du fait colonial, de l’esclavage et des traites ; des thématiques, il est vrai, obligeant les élèves à aborder quelques facettes sombres du passé français et interrogeant d’autres héritages qu’une grandeur nationale fantasmée.

(suite…)

La mémoire historique sélective ou le complexe de l’Histoire écrite par les vainqueurs

Photographie de l'intérieur du Vélodrome d'hiver par le magazine Life

Photographie de l’intérieur du Vélodrome d’hiver par le magazine Life

Dans son ouvrage Les frères ennemisparu il y a près d’un demi-siècle maintenant, Robert Brasillach affirmait que « L’Histoire est écrite par les vainqueurs »Ailleurs sur ce blog, je m’étais déjà montré sensible aux problèmes que peut poser ce principe s’il est utilisé comme postulat historique. En effet, la majorité des sources, formant un récit sur le thème étudié, proviennent de ce que le vainqueur a bien voulu laisser derrière lui, c’est-à-dire une vision plutôt à son avantage ou ne l’égratignant qu’assez superficiellement. Si je parle de cela aujourd’hui c’est pour donner mon point de vue sur les réactions que l’on a pu entendre suite au discours de François Hollande lors de la cérémonie de commémoration du 70ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, les 16 et 17 juillet 1942. Je reproduis ici le passage qui a introduit la polémique :

La vérité, c’est que la police française, sur la base des listes qu’elle avait elle-même établies, s’est chargée d’arrêter les milliers d’innocents pris au piège le 16 juillet 1942. C’est que la gendarmerie française les a escortés jusqu’aux camps d’internement. La vérité, c’est que pas un soldat allemand, pas un seul, ne fut mobilisé pour l’ensemble de l’opération. La vérité, c’est que ce crime fut commis en France, par la France.

Les réactions publiques les plus hostiles à cette citation sont les oeuvres d’Henri Guaino, député de la troisième circonscription des Yvelines depuis le 17 juin dernier, de Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort et président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, et Paul-Marie Couteaux, président de Souveraineté, indépendances et libertés et proche du Front National.

(suite…)