l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Première Guerre mondiale'

Tag Archives: Première Guerre mondiale

Une leçon pour Jean-Claude Peyrolle

fusille-pour-l-exemple

Exécutions à Verdun durant les mutineries

Dans de nombreux vite dit passés j’ai cherché à mettre en avant des articles, qu’ils proviennent de la presse ou de blogs, que je trouve intéressants. Toutefois, cette fois-ci le ton va se faire un peu moins cordiale. En effet, je voudrais mettre en avant un article écrit de la main de Jean-Claude Peyrolle et paru sur le site du Huffington Post. Titrée « Fusillée pour l’exemple ? », l’auteur s’interroge sur le récent limogeage de l’ex-ministre de l’écologie, Delphine Batho. Jusque là aucun problème me direz-vous. C’est vrai. Toutefois, c’est la façon de le faire qui est relativement gênante puisqu’il pense pouvoir tirer argument d’un exemple tiré de la Première Guerre mondiale, les caporaux de Souain, pour donner du poids à son propos. De même il réitère l’expérience avec cette fois-ci une confrontation entre le Zollverein, système d’union économique mis en place par les Etats qui allaient devenir l’Allemagne en 1871, et l’espace Schengen qui régit actuellement l’Union Européenne.

Nous ne nous lancerons pas dans une critique complète de ces deux points puisque chacun pourra comprendre aisément que les arguments n’ont aucuns liens entre eux. Toutefois, cela peut permettre de mettre en lumière un fait intéressant. En effet, pourquoi Jean-Claude Peyrolle prend la peine d’appeler l’Histoire à la rescousse de son argumentaire ? La seule explication qui me paraît viable est que la pseudo profondeur historique que ces comparaisons induisent permet de donner force à son propos. C’est comme si le prestige du passé faisait en sorte que ses dires deviennent légitimes ou tout du moins intelligents. Pour comprendre le pourquoi d’un tel phénomène il faut se replonger dans un peu d’historiographie. Pour cela, je ne résiste pas à reproduire un petit passage clair et limpide d’Antoine Prost dans son ouvrage Douze leçons sur l’histoire (p. 14-15). A l’entame d’un paragraphe intitulé « L’histoire en France : une position privilégiée », l’auteur affirme :

(suite…)

Se recentrer sur l’essentiel ?

poilusPar le passé j’avais déjà porté mon attention sur le phénomène mémoriel à venir que sont les commémorations de la Première Guerre mondiale. Au fil des derniers mois, des informations ont commencé à apparaître pour en savoir plus sur ce qui se prépare. L’ensemble des commémorations sont placées sous le patronage de la Mission du Centenaire. Localement les Comités départementaux du Centenaire assurent le rôle de concertation des actions mémorielles en lien avec les différents acteurs locaux. Les missions pédagogiques et scientifiques sont très clairement indiquées et et leurs objectifs étant d’apparence, dans l’état actuel des informations, tout à fait légitimes et équilibrés. La seule réserve, ou plutôt interrogation, que j’ai actuellement concerne une phrase qui peut paraître anodine et inoffensive au sein de la partie pédagogique. La voici :

Le portail centenaire.org  valorisera, à travers un processus de labellisation soutenu par les référents académiques « mémoire et citoyenneté », les projets les plus innovants et/ou remarquables.

De fait, aucune information n’est encore livrée concernant l’estimation du degré de valeur des projets. Ce flou peut, dans un relatif accès de paranoïa, laisser présager des contenus à fortes teneurs émotionnels. Leur labellisation serait alors la marque d’un retour fort de l’émotionnel au sein de la politique mémoriel et historique des autorités françaises. Après la volonté de lecture de la lettre de Guy Môquet dans toutes les classes de France et de Navarre par l’ancien président de la République, il serait alors possible de craindre une certaine forme d’ébauche d’un nouveau roman national ayant pour but de former des « bons petits Français » en prenant l’exemple de nos courageux ancêtres. Espérons que l’immense majorité des labellisés seront intéressants sur le plan intellectuel, mais pour l’instant rien n’est réellement certain. Peut-être que j’exagère sur mes conclusions, mais ne vaut-il pas de se préparer au pire en espérant qu’il ne survienne jamais ?

(suite…)

Drôle(s) d’anniversaire(s)

histoire_memoire_01Je décide d’écrire aujourd’hui suite aux déclarations récentes du ministre délégué aux Anciens Combattants, Kader Arif, à propos du jumelage des futurs anniversaires du centenaire de la guerre de 1914 et le soixante-dixième anniversaire des débarquements alliés en 1944. Ceux-ci seront placés, d’après ce qui est connu, sous le signe de l’honneur rendu à ceux qui ont défendu le pays. Je confesse que ma connaissance de cette démarche gouvernementale n’est pas due à une vigilance personnelle, mais grâce à celle de Nicolas Offenstadt, maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, notamment à travers quelques posts sur Twitter (ici ou encore ). Même si le projet commémoratif est plus large puisqu’il englobe l’ensemble de la période 2014-2018 pour ce qui est de Première Guerre mondiale, et l’intervalle chronologique 2013-2015 en ce qui concerne le soixante-dixième anniversaire de 1944, la focale est mise sur 1914, notamment à travers le paragraphe 7 du projet de loi de finances 2013 du ministère délégué en charge des anciens combattants. Ce dernier contient le texte suivant :

7 Le lancement d’une nouvelle séquence mémorielle

Afin de poursuivre les efforts de l’État dans la rénovation de ses nécropoles et hauts lieux de mémoire, ainsi que de préparer deux anniversaires majeurs en 2014, à savoir le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et le 70e anniversaire des débarquements, le budget consacré à la politique de mémoire est augmenté de 6 M€, soit une hausse de 52 %, passant de 11,3 M€ à 17,2 M€.

(suite…)