l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Laurent Dandrieu'

Tag Archives: Laurent Dandrieu

Une France née avec les Romains ? Lorant Deutsch et l’Antiquité

Lorant Deutsch, auteur de "Métronome"

Lorant Deutsch, auteur de « Métronome »

Après une critique globale, je reviens une nouvelle fois sur le cas de l’article de Laurent Dandrieu et de son article consacré au Métronome de Lorant Deutsch dans le dernier numéro du Figaro Histoire. Toutefois, il s’agit de traiter d’un aspect particulier, l’étude de toutes les erreurs ou malhonnêtetés intellectuelles de ce papier pouvant allègrement noircir de nombreuses pages, puisqu’il s’agit du rapport du journaliste de Valeurs Actuelles, et plus généralement de Lorant Deutsch, avec l’Antiquité. Tout d’abord citons Laurent Dandrieu (p. 10-11) :

Métronome n’est pas une énième histoire de Paris, c’est une flânerie qui évoque vingt siècles de roman national au gré des stations de métro qui lui tiennent lieu de feuille de route : vingt et une stations, une par siècle, de Cité, pour raconter la naissance de la ville, à La Défense, pour évoquer sa modernité, en passant par Notre-Dame-des-Champs, pour évoquer le martyre de Saint Denis, Invalides, pour le Grand Siècle, ou Bastille, pour la Révolution…. Deux mille ans d’histoire de France balayés en 380 pages […].

Outre le fait que nous avons ici un magnifique exemple de parisianocentrisme et de confusion où l’histoire de France se résume à l’histoire de Paris, si nous prenons l’auteur au mot, le « roman national » commencerait avec l’arrivée des Romains et la conquête de la Gaule par César. Mon côté antiquisant saigne à cette simple évocation, autant pour ma marotte de l’antiquité grecque que pour mes amis et camarades celtisants. De fait, c’est comme les peuples gaulois n’avaient pas d’histoire, en tout cas pas digne d’être racontée, le seul ex-cursus avant le premier siècle avant notre ère expliquant seulement la différence entre le nom celte des Kwarisii et gaulois des Parisii (p. 11), avant la conquête romaine. En ce qui concerne la centralité de Paris dans l’histoire de France, je ne saurais trop rappeler que la conquête romaine de la Gaule n’a pas eu comme point d’orgue la défaite de Camulogène et du peuple des Parisii. En effet, dans le livre VII de son Commentaire sur la Guerre des Gaules (disponible en téléchargement libre ici), César n’y fait référence que par cinq courts paragraphes (VII, 57 à 62) et son caractère secondaire est affirmé par la présence de Titus Labienus, second de César, et non du général lui-même. De plus, certes nous connaissons des statères d’or frappés par les Parisii, mais ils ne sont aucun cas le peuple le plus important de Gaule comme le montre cette carte.

(suite…)

Quand le Figaro Histoire défend Lorant Deutsch : un cocktail de mauvaise foi, de storytelling et de mépris

Laurent Dandrieu

Laurent Dandrieu

Cet article fait suite à la parution très récente d’un papier de Laurent Dandrieu dans le dernier numéro du Figaro Histoire et intitulé « Ce que révèle l’affaire Métronome ». Autant le dire de suite, l’auteur n’a absolument pas l’intention de mettre à disposition des lecteurs de ce magazine, et plus largement de la communauté historienne, professionnelle ou amateure, une synthèse sur le pourquoi de la polémique et ce qu’elle pourrait nous apprendre sur la diffusion de l’Histoire dans notre pays. Dommage cela aurait pu bien s’insérer dans la démarche du dernier numéro du Figaro Histoire portant, d’après la couverture, sur une réflexion autour de l’état de l’enseignement de l’Histoire en France. Non avec Laurent Dandrieu nous sommes face à  un défenseur servile de l’auteur du Métronome.

Servile puisqu’à chaque fois que Laurent Dandrieu émet une critique sur n’importe quel aspect du livre, la rhétorique du larbin lui impose de trouver une façon de minorer le défaut constaté. Le procédé est toujours le même : l’utilisation d’un exemple qui se veut indiscutable et le mettre en miroir du cas Deutsch afin d’aboutir à la conclusion d’un deux poids deux mesures et d’un ostracisme de Lorant Deutsch parce qu’il ne ferait pas partie du sérail historien. A ma connaissance, et assurément pas sous la plume des Goliards ou d’Histoire pour Tous, nommément cités dans l’article du Figaro Histoire, la critique n’a jamais porté sur sa non appartenance à la communauté des historiens professionnels, quelle est la définition de celle-ci d’ailleurs ? Qui plus est depuis des décennies la communauté historienne n’est en aucun cas un entre soi où les historiens ne parlent qu’aux historiens. C’est même plutôt l’inverse. A tel point que cela à amener François Dosse à expliquer en 1987 que l’Histoire était « en miettes ». Pour prendre l’exemple d’une discipline qui m’est chère, la numismatique grecque antique, que serait-elle sans l’apport des méthodes quantitatives inspirées des travaux d’économistes ? Quelle serait notre compréhension de l’apparition du phénomène monétaire sans les réflexions et questionnements des anthropologues ? De fait, et je le réaffirme encore une fois puisque cela ne semble pas marquer les consciences, l’un des principaux problèmes avec les écrits de Lorant Deutsch est l’absence totale de n’importe quelle forme de respect pour la plus élémentaire méthode historique, que ce soit la citation des sources, la distance critique vis-à-vis de ces dernières ou la nécessaire objectivité, autant que faire se peut bien entendu. Ni plus ni moins.

(suite…)