l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Jules César'

Tag Archives: Jules César

Une France née avec les Romains ? Lorant Deutsch et l’Antiquité

Lorant Deutsch, auteur de "Métronome"

Lorant Deutsch, auteur de « Métronome »

Après une critique globale, je reviens une nouvelle fois sur le cas de l’article de Laurent Dandrieu et de son article consacré au Métronome de Lorant Deutsch dans le dernier numéro du Figaro Histoire. Toutefois, il s’agit de traiter d’un aspect particulier, l’étude de toutes les erreurs ou malhonnêtetés intellectuelles de ce papier pouvant allègrement noircir de nombreuses pages, puisqu’il s’agit du rapport du journaliste de Valeurs Actuelles, et plus généralement de Lorant Deutsch, avec l’Antiquité. Tout d’abord citons Laurent Dandrieu (p. 10-11) :

Métronome n’est pas une énième histoire de Paris, c’est une flânerie qui évoque vingt siècles de roman national au gré des stations de métro qui lui tiennent lieu de feuille de route : vingt et une stations, une par siècle, de Cité, pour raconter la naissance de la ville, à La Défense, pour évoquer sa modernité, en passant par Notre-Dame-des-Champs, pour évoquer le martyre de Saint Denis, Invalides, pour le Grand Siècle, ou Bastille, pour la Révolution…. Deux mille ans d’histoire de France balayés en 380 pages […].

Outre le fait que nous avons ici un magnifique exemple de parisianocentrisme et de confusion où l’histoire de France se résume à l’histoire de Paris, si nous prenons l’auteur au mot, le « roman national » commencerait avec l’arrivée des Romains et la conquête de la Gaule par César. Mon côté antiquisant saigne à cette simple évocation, autant pour ma marotte de l’antiquité grecque que pour mes amis et camarades celtisants. De fait, c’est comme les peuples gaulois n’avaient pas d’histoire, en tout cas pas digne d’être racontée, le seul ex-cursus avant le premier siècle avant notre ère expliquant seulement la différence entre le nom celte des Kwarisii et gaulois des Parisii (p. 11), avant la conquête romaine. En ce qui concerne la centralité de Paris dans l’histoire de France, je ne saurais trop rappeler que la conquête romaine de la Gaule n’a pas eu comme point d’orgue la défaite de Camulogène et du peuple des Parisii. En effet, dans le livre VII de son Commentaire sur la Guerre des Gaules (disponible en téléchargement libre ici), César n’y fait référence que par cinq courts paragraphes (VII, 57 à 62) et son caractère secondaire est affirmé par la présence de Titus Labienus, second de César, et non du général lui-même. De plus, certes nous connaissons des statères d’or frappés par les Parisii, mais ils ne sont aucun cas le peuple le plus important de Gaule comme le montre cette carte.

(suite…)

L’histoire gréco-romaine en mode partage III

Jules César (100-44)

Jules César (100-44)

Après plusieurs semaines d’interruption, entre autres pour cause de querelle deutschienne, je reprends ma série d’articles se proposant de partager de nombreuses sources en langues grecque et latine afin de contribuer à l’étude de l’histoire gréco-romaine antique.

Le premier auteur dont je voudrais partager les oeuvres n’est autre que Jules César. De son nom complet Caius Julius Caesar, il naît au cours de l’année 100 avant notre ère dans la famille des Julii, membre de l’élite de la République romaine mais à un rang subalterne. Après une expérience militaire, participation au siège de Mytilène en 80 et à une campagne en Cilicie en 79, et diplomatique, une ambassade auprès du dernier roi de Bithynie Nicomède IV aux environs de 80, suite à la deuxième guerre mithridatique et une vie judiciaire tumultueuse au cours des années  70, il est nommé tribun militairequesteur en Espagne en 69 puis édile en 65. Deux ans plus tard il accède à la charge de préteur et est élu à la charge de Grand Pontife la même année. Quelques années plus tard, en 60, il est élu à la charge de propréteur en Bétique. C’est à cette époque qu’il semble écrire plusieurs ouvrages qui ne nous sont pas parvenus, mais dont nous possédons le nom. On peut compter un De Astris et une Analogie. En 59 il accède au consulat grâce à l’appui financier de Crassus. A la fin de sa charge il commence une expédition en Gaule, profitant ainsi de la migration des Helvètes. Celle-ci va durer jusqu’en 51/50 et la cessation des dernières révoltes armées des Trévires et le siège de l’oppidum cadurque d’Uxellodunum, l’actuelle Cahors. On peut retrouver le déroulement complet du conflit ici. C’est à cette époque qu’il écrit ses Commentaires sur la guerre des GaulesAprès des passes d’armes politiques entre ses partisans et ceux de Pompée, César franchit le Rubicon et, de fait, déclare la guerre à Pompée. Celle-ci va durer jusqu’en août 48, date où il défait son adversaire et ses alliés au cours de la bataille de Pharsale. Nommé dictateur depuis l’année 48, César poursuit les derniers alliés en Egypte puis en Hispanie entre les années 46 et 45. Plusieurs ouvrages sont issus de ces campagnes, les Commentaires sur la guerre civile, les Commentaires sur la guerre Alexandrine, Commentaires sur la guerre d’Afrique et les Commentaires sur la guerre d’Hispanie. La véracité de César comme auteur des trois derniers ouvrages est mise en doute par certains historiens (ici et ). A la fin de l’année 45 le Sénat romain le nomme dictateur pour dix ans. Au début de l’année suivante, la dictature est étendue à perpétuité. Peu de temps après, il meurt assassiné lors des Ides de Mars, le 15 mars 44.

(suite…)