l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Front National'

Tag Archives: Front National

Marine Le Pen, l’histoire et le souffle épique

Marine Le Pen à l'occasion de son discours sur la place de l'Opéra à Paris, le 1er mai 2014. Comme d'autres, notamment Charles Martel, Jeanne d'Arc est une figure historique tutélaire pour le parti d'extrême-droite.

Marine Le Pen à l’occasion de son discours sur la place de l’Opéra à Paris, le 1er mai 2014. Comme d’autres, notamment Charles Martel, Jeanne d’Arc est une figure historique tutélaire pour le parti d’extrême-droite.

En cette veille du second tour des élections départementales, un petit billet court pour faire état d’une réflexion fugace suite à la découverte des travaux de Cécile Alduy, notamment de son dernier ouvrage [1], avec le visionnage de cette vidéo. Cette dernière y présente et y résume, au cours d’un débat organisé par la Fondation Jean Jaurès, son propos, qui est d’affirmer que si la forme du discours de la députée européenne a subie de nombreuses modifications du fait de la stratégie de « dédiabolisation » du Front National, le fond est, quant à lui, demeuré le même. Chacun tirera les conclusions politiques et citoyennes d’un tel argumentaire, infirmer ou confirmer cela ne sera pas le but de ce billet.

En effet, en tant qu’historien nous y avons perçu autre chose. De fait, comme cela ne saurait être réellement une surprise, l’analyse des ressorts intellectuels et idéologiques des discours des élus frontistes mettent en évidence, sur le plan historique, une importance très forte de l’histoire nationale, avec tout son cortège de référentiels chronologiques et autres « grands personnages ». Tout cela se place très clairement dans l’optique d’un rappel des « grandeurs » de la France. Une version revue et corrigée façon 2015 de l’histoire de France telle que mise en récit durant la IIIème République. Rien d’exceptionnel donc.

(suite…)

De nouvelles récupérations de figures historiques par le Front National

jaures-FNS’il y a quelques temps Matthieu Lépine m’avait alerté, dans un commentaire sur mon ancien blog, sur la très nette propension du Front National à récupérer politiquement la figure historique « de gauche » de Jean Jaurès, je n’avais eu ni le temps ni l’occasion de traiter ce problème. Jusqu’à présent. En effet, il y a quelques jours Octave Nitkowski, jeune blogueur nordiste de 17 ans, a mis en évidence, à travers un article paru dans le Huffington Post, une nouvelle récupération politique du fondateur de L’Humanité. Le blogueur explique que le quiproquo prend place suite à la distribution du calendrier 2014 de Steeve Briois, candidat Front National aux élections municipales prochaines dans la commune d’Hénin-Beaumont et cadre du mouvement frontiste au niveau national. Le problème est que dans l’almanach frontiste le Jacques Bonhomme peut lire, dès la première page, cette citation, non sourcée… , de Jean Jaurès :

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir ».

A travers cet article, je voudrais toutefois dépasser le strict « cas Jaurès », car il a déjà été bien traité, notamment par la Société d’études jaurésiennes. De fait, le parti fondé par Jean-Marie Le Pen fait feu de tout bois en ce qui concerne les récupérations politiques.

Le premier exemple que je vais prendre concerne Roger Salengro, homme politique socialiste et ministre durant le premier gouvernement Blum durant le Front populaire. Au cours des élections européennes de 2009, les citoyens appartenant à la circonscription Nord-Ouest (approximativement de Cherbourg à Lille) ont pu découvrir l’affiche suivante :

(suite…)

Lutter contre le Front National c’est bien, le faire sans violer l’histoire c’est mieux

noirielQue ce soit dans les commentaires de ce blog ou ailleurs, certaines personnes ont mis en avant une certaine partialité de notre part, notamment dans le choix des critiques que nous faisons ici, plus portées il est vrai, contre des personnes issues des rangs de la droite française et de tous ses avatars que contre la gauche. Nous reconnaissons bien volontiers cet état de fait, mais nous l’expliquons, entre autres, par la masse des articles et la morgue utilisatrice de la droite vis-a-vis de l’histoire. De même, notre non omniscience nous empêche de repérer tout ce que nous pouvons considérer comme des irrégularités possibles dans les discours médiatiques. Pour combler cela, sachez, chers lecteurs, que toute aide ou suggestion sera grandement appréciée. Ce n’est donc pas de la partialité de notre part, mais plutôt un aveu, compréhensible, de faiblesse.
L’objet de l’article d’aujourd’hui répond en quelque sorte aux critiques exprimées en préambule. En effet, nous allons chroniquer les dires d’une personne qui se place, publiquement et ouvertement (grand bien lui en fasse), à gauche. Nous voulons parler du blogueur Matthieu Lépine, professeur d’histoire-géographie et membre du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon. Nous avons déjà eu l’occasion de nous intéresser a lui précédemment sur ce blog.

Si les différentes remarques qu’il avait pu émettre sur un de mes billets précédents n’étaient pas infondées, il n’en demeure pas moins qu’avec son dernier article, intitulé « Depuis toujours le capitalisme porte en lui la xénophobie », j’assiste une fois de plus, malheureusement, à une interprétation biaisée de faits historiques. Dans cet article il s’intéresse au massacre d’ouvriers italiens par des ouvriers français à Aigues Mortes en août 1893 et ce pour en faire le symbole du fait que le capitalisme est profondément et intrinsèquement xénophobe. Il en profite également pour tacler le Front National sur la question de leur haine contre les immigrés plutôt que leur critique contre le système capitaliste. Avant d’en venir aux arguments proprement historiques et sans vouloir défendre le parti de la dynastie Le Pen, plusieurs articles sur ce blog démontrent que nous pouvons avoir la dent très dure contre ce parti d’extrême-droite, il nous faut malgré tout constater que ce dernier utilisait en partie, lors des dernières présidentielles, la même rhétorique que Matthieu Lépine et ses camarades pour dénoncer l’immigration comme « une arme au service du grand capital ».

Tâchons désormais de faire oeuvre d’historien, au moins amateur, pour mettre en évidence ce qui me semble être une interprétation frauduleuse. Je n’attaquerais pas ici la véracité des faits rapportés par Gérard Noiriel, celui-ci étant un historien sérieux et reconnu pour cela, mais plutôt l’interprétation qu’en tire notre blogueur. Tout d’abord le titre. C’est en fait l’élément le plus contestable de l’article. Pour expliquer en quoi il y a, selon nous, méprise reportons nous aux définitions de « capitalisme » et de « xénophobie » telles que données par le Larousse. Dans sa version papier, édition 2006, ce dictionnaire explique que le capitalisme se définit comme :

(suite…)