l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Eric Zemmour'

Tag Archives: Eric Zemmour

Parler de mémoire avec Eric Zemmour

Exemples de certaines réactions des partisans d'Eric Zemmour suite à sa "fin de collaboration" avec Itélé

Exemples de certaines réactions des partisans d’Eric Zemmour suite à sa « fin de collaboration » avec Itélé

Il y a plusieurs semaines de cela nous nous étions déjà intéressés aux élucubrations historiques, plus ou moins infondées, du polémiste à propos de l’Antiquité tardive et des fameuses « invasions barbares » des peuples germaniques. Cette fois-ci nous ne reprendrons pas le bâton de pèlerin pour mettre en exergue les faiblesses historiques du discours zemmourien, notamment car nous n’avons rien repéré d’assez intriguant pour être relevé. Si certains lecteurs ont eu vent de déclarations un peu spécieuses, nous sommes tout à fait ouvert à toute suggestion. Que ce soit dans les commentaires de cet article ou à cette adresse mail : michel.deniau@hotmail.fr.

De même, nous ne étendrons pas sur l’éviction récente d’Eric Zemmour de l’antenne d’Itélé, suite à la fin de l’émission Ca se dispute. Enfin si, mais d’une manière détournée. Loin de nous l’idée de commenter le bien fondé ou non de la décision, qui n’incombe qu’à la direction de la chaîne. Idem que ce soit pour le fond des idées d’Eric Zemmour ou pour les réactions de certains historico-politiciens, qui se sont laissés aller à quelques comparaisons relativement scandaleuses, pour ne pas dire stupides et hors de propos.

Le fantôme du passé

De fait, ce qui nous intéresse dans ce moment médiatique est l’importance de l’impensé mémoriel qui travaille encore la société française, et ce plusieurs décennies après les faits concernés. Pour bien comprendre cela, il est nécessaire de résumer la polémique depuis ses débuts jusqu’à sa fin il y a quelques jours.

(suite…)

Se nourrir du vide : Eric Zemmour et les « Grandes Invasions »

Aureus d'or (263-264) de Postumus, empereur des Gaules entre 260 et 269

Aureus d’or (263-264) de Postumus, empereur des Gaules entre 260 et 269. Droit : Tête de Postumus laurée à droite. Autour POSTVMVS PIVSAVG. Grènetis périphérique. Revers : Postumus assis sur une siège à gauche, la main droite tendue. Personnage à genoux devant lui. Autour INDVLG PIA POSTVMI AVG

J’ai longtemps hésité intérieurement sur la pertinence ou non d’introduire l’étude de cas qui va suivre. Il était, au départ, prévu de l’insérer dans un article (à venir) prenant une perspective plus large sur le camouflage d’une pensée creuse sous les atours de la sapience scientifique. Toutefois, plusieurs raisons m’amène à le détacher. Certes, l’exemple que je vais développer était d’une certaine manière corollaire – en ce sens qu’il s’agit de se nourrir du relatif vide ou de l’imprécision autour d’un sujet historique pour exprimer des désirs et opinions actuelles – au sujet de cet autre billet, mais tout cela ne cadrait pas totalement bien. C’était un peu comme faire le mariage d’une carpe et d’un lapin. Par conséquent, il va être détaché et constituer un tout homogène en soi.

De même, l’idée sous-jacente de cet article n’est pas d’explorer de nouvelles thématiques et découvrir de nouvelles perspectives, mais d’effectuer, une nouvelle fois, le travail de recension des utilisations de l’histoire par des personnalités publiques. Outre le fait qu’il s’agit d’un des objectifs de ce blog, c’est ma façon de contribuer, par une petite pierre, au chantier de William Blanc, Christophe Naudin et Aurore Chéry.

Le personnage que je voudrais citer est Eric Zemmour. Au passage, je remercie Thibault Le Hégarat pour m’avoir signalé cela. De fait, dans l’émission « Ça se dispute » du 18 avril 2014, sur Itélé, le polémiste s’est fendu d’une petite saillie historique. Ce n’est pas la première fois qu’il y a recours. C’est même plutôt fréquent en fait. A en croire les auteurs du livre « Les historiens de garde » (p. 205),

Pour appuyer ses propos, Eric Zemmour fait souvent appel à l’histoire se référant à une historiographie du XIXème siècle, n’hésitant pas non plus […] à tordre les faits, à enchaîner les anachronismes et les erreurs évidentes, ou à ne choisir que ce qui étaye ses thèses […].

(suite…)