l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'CAPES/Agrégation'

Tag Archives: CAPES/Agrégation

Agrégation d’histoire 2014 : beaucoup de soutien n’est pas suffisant pour aller loin

agregation-d-histoireA l’instar de l’an dernier, dans les quelques lignes qui vont suivre je vais entamer une réflexion introspective sur mes ressentis concernant les sujets et plus généralement cette phase d’écrits de l’agrégation d’histoire. Comme peut le faire comprendre le titre, je suis relativement peu optimiste sur mes chances d’aller auditionner devant le jury au lycée Louis le Grand à Paris. Néanmoins, plusieurs éléments positifs doivent être mis en lumière pour équilibrer ce tableau relativement sombre. Cela tient à l’esprit dans lequel j’étais avant les épreuves et plus généralement de la meilleure qualité de ma préparation.

De nombreux alliés. Des anciens, des actuels et de futurs ?

En ce qui concerne mon état d’esprit, plusieurs choses connexes m’ont rendu relativement plus serein que l’année dernière. Même si financièrement ma situation n’est pas extrêmement enviable, elle me met malgré tout moins sous pression que précédemment vis-à-vis de la nécessité de réussir le concours pour garantir une situation financière stabilisée. Dans un deuxième temps, le fait d’être en contact avec des élèves de tous âges me prenait certes du temps, mais cela avait l’avantage – tout comme le début d’une discipline sportive, le tir à l’arc – d’extraire mon cerveau d’une obligation de réflexion sur l’agrégation. Ce concours n’a pas occupé mes jours et mes nuits comme l’an dernier, ce qui a été, je crois, salutaire, au moins pour ma santé mentale. Enfin, le hasard du calendrier a voulu que j’ai la chance d’avoir à ma disposition les deux semaines des vacances scolaires d’hiver pour me consacrer entièrement aux révisions. Tous ces éléments conjugués font que j’ai abordé ces épreuves d’agrégation avec beaucoup moins de pression qu’auparavant.

Pour ce qui est de la préparation, outre un travail personnel qui a essayé d’être le plus efficace possible avec la prise en compte de mon travail d’assistant d’éducation à mi-temps, je l’ai senti légèrement meilleure que l’an dernier. En effet, l’intégration des connaissances nécessaires a été plutôt plus facile. Cela ne doit rien à un remède miracle ou un développement cérébral quelconque, juste la « chance » de ceux qui repassent le concours pour une deuxième fois avec une large partie des questions au programme déjà présentes l’année précédente. Dans le même temps, l’interaction que j’ai essayé de mettre en place à travers les « Fiches agrégation » sur mon ancien blog, a bien mieux fonctionné que je ne l’espérais. De fait, plusieurs personnes, entre 5 et 10 il me semble, sont venus s’adresser à moi pour échanger des fiches d’ouvrages. Cela n’a l’air de rien, mais ce sont des dizaines d’heures de gagnées pour du sommeil, d’autres fiches ou des exercices de préparation quelconques. Même si de nombreuses corrections ou améliorations devaient être effectuées, ce petit succès me conforte dans l’idée de la nécessité de développer cela à plus grande échelle. Dans les prochaines semaines ou prochains mois, des choses en ce sens vont sûrement naître sur ce blog.

(suite…)

Quelques mois supplémentaires de bloggage

bloggingA l’instar de ce que j’avais entrepris il y a quelques mois, j’aimerais revenir à une certaine forme d’introspection pour savoir ce que le bloggage m’a apporté depuis ces dernières semaines. Comme précédemment, l’heure ne sera pas à l’auto-satisfaction ou un quelconque onanisme cérébral dont le seul but serait de faire jouir mon égo. A travers les quelques lignes qui vont suivre je voudrais simplement prendre un peu de recul vis-à-vis de l’évolution de ma pratique blogueuse.

Avant de passer aux bénéfices intellectuels que je continue à retirer de cette expérience de bloggage, intéressons nous aux chiffres. A la fin du mois de février dernier le nombre des pages vues de mon blog tournait autour de 6.000, ce qui me satisfaisait déjà très bien. Depuis, ce chiffre a nettement augmenté puisque désormais, au 10 juillet 2013, il avoisine les 12.600. Par conséquent, alors que pour la période février 2012-février 2013 le compte de pages vues approchait les 500 par mois, actuellement à environ 1.500-1.600. Le décollage s’est effectué dès le mois de mars. Je serais tenté de relier cela avec mon premier article « polémique » contre les dires de Matthieu Lépine, mais cela ne saurait expliquer la régularité, voire la légère augmentation, des autres mois, tels que mis en évidence par ce tableau.

(suite…)

Des racines fantasmées de la France

GauloisDébusquer les inepties historiques de l’extrême-droite est devenue au cours de ces derniers mois une de mes marottes préférées. Non que je me concentre, comme certains commentaires l’ont insinué, uniquement sur elle, mais, contrairement à l’extrême-gauche, cet autre courant politique produit une littérature « historique » extrêmement fournie, en ce sens qu’elle est nombreuse et riche d’enseignements. Des sites comme celui de Fdesouche, dans sa version dédiée à l’histoire ou pas, ou d’autres se présentant comme des organes de presse indépendant et neutres, Boulevard Voltaire et Egalité et Réconciliation, sont les principaux maîtres d’oeuvres numériques de cette littérature. Toutefois, notre attention a récemment été attirée par le site Résistance Républicaine et notamment un article en particulier. Celui-ci dénommé « Les socialistes font disparaître nos racines grecques et latines, seule Marine le Pen s’insurge ! » et provient de la plume de Christine Tasin, agrégée et ex-professeure de lettres classiques. Cette dernière tient un blog personnel et est fondatrice du site Résistance Républicaine ainsi que contributrice régulière de Boulevard Voltaire et Egalité et Réconciliation. Avant d’en venir à sa prose proprement dite, signalons qu’un portrait retraçant son parcours politique et intellectuel est disponible sur le site du journal Libération en date de mars 2011.

Ce texte se veut un brûlot contre la probable réforme prochaine du concours du CAPES de lettres classiques, qui serait fondu dans les concours des lettres mais avec des options. Toutefois, quelques phrases démontrent très vite le caractère identitaire qui est assigné à l’enseignement des langues anciennes, latin et grec. Pour exemple citons :

(suite…)