l'histoire est un combat

Accueil » Posts tagged 'Arte'

Tag Archives: Arte

Allier le récit et l’exigence scientifique

Portrait imaginaire de Charlemagne (1512) par Albrecht Dürer

Portrait imaginaire de Charlemagne (1512) par Albrecht Dürer

Au cours d’un samedi soir un peu solitaire devant ma télévision j’ai commencé à zapper et je suis tombé sur une série de trois docu-fictions sur la chaîne franco-allemande Arte. Comme le titre de cet article l’indique la série s’intéressait à la vie de Charlemagne, roi des Francs puis empereur d’Occident, depuis sa jeunesse et sa rivalité avec son frère cadet Carloman à sa mort en 814. Elle a été produite en 2012 par une maison de production autrichienne avec des acteurs locaux. Pour ceux qui serait intéressés le système Arte + 7 permet de revoir ces trois documentaires ici, ou encore .

Autant je n’avais pas été avare de critiques, tout en admettant les quelques bons points, concernant un autre documentaire diffusé sur Arte, Au nom d’Athènes, autant ici j’ai été très agréablement surpris par la bonne qualité générale. Le format du docu-fiction impose une certaine scénarisation des dialogues, de certaines situations et de la forme de narration, ici sous les traits d’Eginhard et d’un disciple, mais cela est inhérent au format donc on ne saurait en faire reproche au nom de la vérité historique, au risque d’être un historien psycho-rigide.

(suite…)

« Au nom d’Athènes » réalisé par Fabrice Hourlier

Affiche de "Au nom d'Athènes" de Fabrice Hourlier

Affiche de « Au nom d’Athènes » de Fabrice Hourlier

Il y a plusieurs semaines, le 24 novembre 2012, Arte diffusait un documentaire-fiction qui aurait pu mettre mon esprit d’helléniste dans un certain émoi, Au nom d’Athènes. Celui-ci se découpe en deux épisodes « Vaincre à Marathon » et « Divine Salamine ». Les plus alertes auront reconnu l’histoire des guerres médiques entre 492 et 479. Les documentaires ont été rediffusés le 27 décembre 2012 et également disponibles sur Youtube : « Vaincre à Marathon » et « Divine Salamine« . Le casting est composé d’acteurs français qui me sont relativement peu connus, hormis Jean-Pierre Michaël doubleur francophone en série et présent dans la production Section de recherchesLa réalisation a été confiée à Fabrice Hourlier, l’homme aux commandes de l’adaptation télévisée du Métronome de Lorant Deutsch pour France 5.

N’étant pas un fin connaisseur dans le domaine du jeu d’acteur, je ne commenterais pas le casting hormis pour dire qu’en règle générale l’interprétation est d’une assez bonne facture. En revanche, la réalisation est, comme dans Métronome, complètement tributaire d’une utilisation massive du numérique et du fond vert. Certes, le tournage des scènes dans des décors réels est très onéreux, mais cela évite la mauvaise impression de regarder un documentaire de série Z. C’est notamment flagrant dans Vaincre à Marathon à environ 5’00″, 21’00″ et 25’30″. De fait, si pour la reconstitution des vastes combats mettant aux prises des centaines d’hommes, la multiplication numérique des combattants n’est pas forcément malvenue, surtout dans un contexte de moyens restreints, mais n’importe quel oeil un tant soi peu habitué détecte tout de suite le fond vert concernant les décors. Même la reconstitution numérique doit être utilisée avec sagesse sinon on arrive au résultat d’absurde d’une scène de Divine Salamine (à 20’20″), trois personnages sur le même plan (parfois l’un à côté de l’autre !) et multipliés au moins deux fois. Tout cela a pour incidence d’ôter toute crédibilité à l’ensemble. Tout est affaire de dosage et parfois de parcimonie.

(suite…)