l'histoire est un combat

Accueil » Diffuser les savoirs » Documentaires historiques

Documentaires historiques

Documentaires

Brace yourselves, historical documentaries are coming

Car l’étude de l’Histoire ne saurait se résumer uniquement à la lecture de livres et de revues scientifiques, mais qu’elle peut, et doit, s’ouvrir, au moins dans une dimension de popularisation du savoir historique, à d’autres médias, notamment la vidéo. C’est dans cette perspective que nous proposons de déposer ici les vidéos de reportages télévisés pouvant être intéressant eu égard à ce thème de la popularisation du savoir. Les vidéos ont été téléchargées et uploadées sur mes comptes Youtube, Dailymotion et Vimeo.

Mémo sur le choix des documentaires

Les documentaires mis en ligne le sont suite à un visionnage de notre part, ce qui atteste, au moins à minima, leur qualité d’ensemble. Malgré cela, il n’en demeure pas moins que nous pressons chaque spectateur à ne pas perdre son esprit critique, certains documentaires pouvant être contestables sur des points de détails plus ou moins secondaires. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que, en dépit des qualités des différents reportages, cela ne saurait être que des mises en bouche. L’exploration plus approfondie des thèmes devra se faire par le recours à des ouvrages spécialisés ainsi que des articles de revues thématiques. Il est possible de trouver une liste de ces dernières ici.

En outre, pour plus de clarté, nous devons mettre par écrit les différents critères qui président au choix d’inclure tel ou tel documentaire dans la liste de ceux que nous conseillons. De fait, toutes les thématiques sont envisageables, depuis ce qui pourrait être considéré comme « sérieux » (histoire politique ou économique par exemple) à ceux que certains – aux esprits un peu étriqués – qualifieraient de « futiles » (histoire de la mode ou des cosmétiques par exemple). Le premier critère est donc la manière dont le sujet est traité et non la thématique en elle-même. Par ailleurs, nous tendons plutôt à choisir des documentaires dans lesquels les analyses des historiens sont mises en avant et le moins perturbés possible par des commentaires d’une quelconque voix-off. Dans le même état d’esprit nous privilégions la présence des images ou sons d’époque comme support de l’argumentaire. Ainsi le spectateur  peut accéder aux sources. Toutefois, dans certains cas, notamment pour les périodes les lus anciennes, cette exigence est plus difficile à maintenir et nous devons donc nous accommoder de l’usage de la méthode du docu-fiction ou des reconstitutions.

Les documentaires donnant une large place aux témoignages des acteurs ne seront pas pour autant dédaignés. Certes, certains pourraient remettre en question cet intérêt pour les témoignages, notamment autour de l’idée que sur certains sujets douloureux, le recours à la source de première main sans prise de recul critique pourrait conduire à émotionnaliser le sujet plus que de l’intellectualiser. De même avec la subjectivité que le point de vue d’un simple individu peut impliquer. Ou encore les interrogations sur la fiabilité du témoignage, certains discours, présentés comme des souvenirs, pouvant avoir été en partie reconstruits à posteriori. Toutefois, comme l’explique intelligemment Alix Chapuis

[Le] témoignage n’a pas pour but de remplacer l’analyse historique mais de la compléter.

Ces documentaires ne seront donc pas ceux permettant de comprendre le plus finement et le plus clairement l’époque considérée, mais ils permettent de mettre en évidence – au moins en partie – la mentalité des acteurs en présence au moment des faits.

Méthode de classement

En ce qui concerne le classement des documentaires, nous avons décidé, pour des raisons de praticité, de procéder sur une base plutôt géographique, mais aussi chronologique. Il en sera comme suit.

D’abord les documentaires traitant de sujets larges sur plusieurs siècles, mais aussi ceux faisant appel à une vision transterritoriale. Par exemple, l’empire de Charlemagne ou l’histoire des relations entre Orient et Occident ne peuvent se comprendre qu’en faisant exploser les barrières mentales nationales. Il aurait été très réducteur, et surtout peu opératoire donc encore plus arbitraire, de penser ces sujets dans les cadres étriqués des nations actuelles. Par la suite, le classement se fait plus géographique et ce à travers deux prismes principaux : le point de départ du territoire de l’actuelle France métropolitaine et un déroulement d’est en ouest en passant par l’Asie et les Amériques ainsi que l’inclusion des histoires passées dans les territoires nationaux, mutatis mutandis. De fait, le passé gaulois sera plutôt classé dans « Histoire de France ». Tout cela essentiellement par commodité et non comme l’expression d’un nationalisme quelconque ou de l’ignorance de la fluctuation des frontières. Ce sera donc plutôt un classement « d’histoires nationales », mais avec la claire conscience de leurs propres limites et leurs propres faiblesses.

Nous sommes bien conscient du caractère totalement arbitraire du classement ainsi que de l’européocentrisme que tout cela constitue, la caractérisation, par exemple de « Moyen Age » ou de « Renaissance » ne se comprenant dans sa réelle portée que pour le continent européen, le « Moyen Age japonais » s’étendant, par exemple, de la fin du XIIème siècle jusqu’à la seconde moitié du XVIème siècle. Malgré tout, au sein des découpages géographiques, un découpage chronologique adapté à chaque espace sera esquissé.

Enfin, dans le cas d’histoires thématiques traitant d’un sujet en traversant plusieurs périodisations historiques et concernant un seul territoire – l’histoire de la diplomatie française par exemple – , nous avons choisi de conserver la cohérence de l’ensemble narratif en regroupant les différents documentaires dans un onglet « Histoire transpériodes ». Pour les autres études thématiques, mais transpatiales et transpériodes, ces dernières sont regroupées dans un onglet thématique.

Comme d’habitude si des contenus viennent à nous échapper, nous sommes joignable à l’adresse mail suivante : michel.deniau@hotmail.fr.


Historiographie et épistémologie


Histoire des idées


Histoire transpatiale et transpériodes


Histoire antique

Histoire médiévale

Histoire moderne

Histoire contemporaine


Histoire de l’Europe

Histoire de France

Histoire de l’Angleterre

Histoire de l’Allemagne

Histoire de l’Autriche

Histoire de l’Italie

Histoire de la Grèce

Histoire de l’Ukraine

Histoire de la Russie


Histoire de l’Afrique

Histoire du Maroc

Histoire de l’Algérie

Histoire de l’Egypte

Histoire de l’Ethiopie

Histoire de la Centrafrique

Histoire de la Namibie

Histoire de l’Afrique du Sud


Histoire du Proche-Orient

Histoire du Moyen-Orient


Histoire de l’Asie centrale

Histoire de l’Inde

Histoire du Cambodge

Histoire du Laos

Histoire de la Chine

Histoire de la Mongolie

Histoire de la Corée

Histoire du Japon


Histoire des Etats-Unis

Histoire du Pérou


Nous ne modérons qu'assez peu. Les commentaires sont quasiment tous acceptés, surtout s'ils sont constructifs et respectueux.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :