l'histoire est un combat

Accueil » Histoire personnelle

Category Archives: Histoire personnelle

Grandeurs et misères du blogging. Explications sur un arrêt momentané

Cogito ergo blogS’arrêter dans notre activité blogueuse pendant près de deux mois – le dernier article datant du 28 juillet dernier – , mérite plus d’explications que les quelques mots un peu laconiques publiés il y a environ un mois sur la page Facebook de ce blog et sur Twitter. Nous allons donc entamer un petit excursus personnel, non pas par désir narcissique et auto-apitoyant, mais aussi parce que cela interroge le travail de blogueur que nous avons cherché à développer ici et ce de façon assez générale. Nous n’attendons pas nécessairement des messages de consolation, même si ceux qui le feront seront chaudement remerciés. Ce billet n’est pas là pour cela. Ce blog n’est pas le lieu idoine pour cela. Même si, comme pour tout travail de rédaction, l’auteur met nécessairement un peu de lui-même – de ses joies, de son histoire personnelle et de ses névroses – dans ses écrits, nous n’oublions pas que ce blog est avant tout un espace de réflexion sur les usages publics de l’histoire ou sur la possible popularisation au plus grand nombre possible du savoir de Clio.

Nous profiterons également du moment pour faire un point sur l’avancée de ce blog depuis son déménagement à l’adresse lhistoirestuncombat.wordpress.com, notamment en termes de statistiques des flux générés ainsi que pour ce qui est de l’évolution de nos réseaux sociaux en lien avec nos activités de blogueur historique.

De la nécessaire maturité intellectuelle

Considérant que notre tâche est de bien plus haute importance que notre propre petite personne, les lignes de ce blog n’ont été qu’assez rarement le théâtre d’épanchements personnels. L’une des dernières occurrences remonte désormais à environ un an et demi. Nous y exposions – dans un texte peut-être un peu mal écrit et gauche, mais déposé là avec la sincérité d’un homme épris – les deux passions qui agitaient ma vie à cette époque. L’une des deux m’a quittée récemment. Et nous ne parle pas ici de passion historique.

(suite…)

Blogueur gardez-vous à droite ; blogueur gardez-vous à gauche !

Battle-poitiers(1356)

Miniature extraite des « Chroniques » de Jean Froissart à propos de la bataille de Poitiers en 1356. La bataille de Poitiers se solde par une défaite française et la capture de Jean II le Bon, et ce malgré la défense vaillante de son fils Philippe le Hardi.

Avec ce titre, les médiévistes, les amoureux de l’histoire de France ou autres amateurs de citations célèbres, auront reconnu une version déformée de la phrase qu’aurait prononcé, selon Matteo Villani, Philippe le Hardi à son père, Jean II le Bon. Cette petite note dominicale n’a pas l’intention d’étaler une certaine culture générale ou érudition personnelle juste pour le plaisir du geste. Elle a pour but de relater une petite expérience qui donne du sens à notre travail sur ce blog si on la met en relation avec une autre qui a eu lieu y a plusieurs mois.

Biais intellectuels et calomnies. Une certaine idée de l’extrême-droite

En effet, samedi soir, alors que nous allions prendre un repos mérité, un tweet vient nous interpeller. Il est l’œuvre d’une personne qui se fait appeler @Moralicid sur Twitter. Ce dernier, citant un des épisodes de la série « De l’Orient à l’Occident » uploadé sur notre chaîne Dailymotion, nous qualifie de « révisionniste ». Passant sur le fait qu’en histoire le révisionnisme n’est absolument pas une insulte – les historiens de la nouvelle génération révisant, plus ou moins fortement, les travaux de leurs aînés suite aux dernières données découvertes ou dernières théories/points de vue venant réinterroger des événements ou des faits historiques – , le dimanche matin, un « échange » a commencé. Pour plus de clarté, nous reproduisons ici une première salve des différents messages qu’il nous a envoyé. Cette capture d’écran et la suivante ont été effectuées ce matin, dimanche 18 mai 2014, vers 10h30 du matin.

Twitter5On y voit donc tout le mépris de ce personnage pour nous. Soit. Il faut de tout pour faire un monde. En passant, on sent déjà poindre sa relative bêtise puisqu’il affirme que nous n’avons pas encore notre Master, alors que la mini-biographie de notre compte Twitter précise bien que nous sommes déjà titulaire de ce diplôme. Bref, passons.

(suite…)

Pourquoi je fais de l’histoire ? Brève tentative d’introspection historique

ego2ZZAvec une vision un peu présomptueuse de moi-même et de mes capacités, je pourrais appeler ce que je vais tenter dans ce billet une tentative d’ego-histoire. De fait, selon les mots de Pierre Assouline, l’ego-histoire pourrait se définir comme une forme d’écriture historique où il ne s’agit pas de

de […] donner des mémoires, des souvenirs, des confessions voire une auto-analyse sauvage,

mais plutôt

de se faire historiens d’eux-mêmes avec le même regard que s’il s’agissait d’un autre.

Dans la majorité des cas, les essais d’ego-histoire sont le fruit d’une carrière historienne bien remplie et l’expérience de nombreuses années de réflexion autour de la thématique du rapport entre soi et la discipline historique. C’est le cas des Essais d’ego-histoire édités par Pierre Nora en 1987 et réunissant de grands noms comme Georges Duby, Michelle Perrot, Maurice Agulhon ou encore Jacques Le Goff. De même, avec Le goût de l’archive d’Arlette Farge. Etant donné ma jeunesse, 25 ans, il est très clairement largement présomptueux de se lancer dans une aventure pareille. J’en suis bien conscient. Toutefois, malgré toutes les nuances qu’il faudrait apporter à ce projet, la stimulation intellectuelle induite par cela est si forte que je ne peux résister à l’appel. Par ailleurs, suite à la découverte de la série d’entretiens d’Emilien Ruiz avec des historien(ne)s, je suis obsédé par une des questions posées

Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Sans me comparer aux historien(ne)s interrogé(e)s, ce qui serait, quelque part, les insulter en m’établissant en égal d’eux alors que je suis encore très loin (intellectuellement et universitairement) de leur avancement, je vais donc essayer, moi aussi, de répondre à cette question. Dans le même temps, une autre interrogation connexe se fait jour : « Quel a été/est le rôle de l’histoire dans ma jeune vie ? ». Comme pour l’autre question, dans les lignes qui vont suivre je chercherais à donner des éléments d’explications, plutôt qu’une réponse en bonne et due forme.

(suite…)