l'histoire est un combat

Accueil » Histoire de l'Asie » Histoire des Amériques » Histoire des Etats-Unis

Category Archives: Histoire des Etats-Unis

La place de l’Histoire et de son enseignement dans le monde : quelques cas choisis

V.S. Izmozik, S.N. Rudnik, Istorija Rossii (Histoire de la Russie), manuel de 11e année, Moscou, Ventana-Graf, 2009

V.S. Izmozik, S.N. Rudnik, Istorija Rossii (Histoire de la Russie),
manuel de 11e année, Moscou, Ventana-Graf, 2009

M’intéressant depuis longtemps à l’Histoire, au monde de l’enseignement et à la politique, j’ai eu la possibilité ces dernières années de lire des articles, dans différents médias, traitant des rapports complexes entre la liberté historienne et ce que les pouvoirs, démocratiques ou pas, veulent faire voir de l’Histoire ainsi que les valeurs qu’ils veulent inculquer à travers de l’enseignement dans les classes obligatoires. Pour cet article je retiendrais les cas de la Russie et des Etats-Unis.

En Russie l’écriture des premiers manuels scolaires après la chute du régime soviétique a été l’occasion d’un revirement à 180 degrés pour la vision de certains personnages historiques. En effet, les révolutionnaires d’octobre 1917, auparavant loués par le régime communiste comme des héros, sont désormais vus comme des individus fanatiques et cruels. De même Andrei Jeliabov, meurtrier d’Alexandre II en 1881, roi bien considéré par l’histoire officielle du régime, est voué aux gémonies pour son attentat. A l’inverse les répressions, souvent dans le sang, des révoltes durant les règnes des souverains Pierre le Grand, Nicolas II et Alexandre II sont minorées, pour ne pas dire tues, alors que dans le même temps on chante les louanges de leurs, réelles, actions réformatrices et modernisatrices de l’Etat russe. Le cas de Staline est à la croisée des chemins, entre le dégoût des purges et la félicitation pour la victoire contre les Nazis durant la Deuxième guerre mondiale et l’industrialisation du pays. Les emprunts sont tels que, dans un discours daté de février 2011, Dimitri Medvedev tend directement des ponts entre le passé et le présent, les réformes d’Alexandre II et les siennes. De fait il se place comme son continuateur.

(suite…)