l'histoire est un combat

Accueil » Histoire de l'Asie » Histoire de la Chine

Category Archives: Histoire de la Chine

L’histoire à l’appui de revendications géopolitiques : le cas des îles Senkaku

Senkaku

Des nationalistes japonais sur l’ilot Uotsuri, part des îles Senkaku, le 19 août 2012

Devant l’empire de la nécessité et de fortes pressions états-uniennes, durant la seconde moitié du XIXème siècle, le Japon s’est peu à peu « ouvert » sur le reste du monde, tant asiatique qu’occidental, après deux siècles de « renfermement » quasi complet, seul le port de Dejima étant un mince lien avec les influences extérieures. Cette volonté d’expansion a pour but de résister à la pression européenne, très présente à l’époque par la colonisation progressive de l’Indochine par la France ainsi que les coups de boutoir portés à la souveraineté territoriale chinoise à travers la première et deuxième guerre de l’opium. Cela a conduit l’empire des descendants de Jinmu à rechercher des extensions territoriales, notamment au détriment de la dynastie mandchoue des Qing. Cela a conduit à la première guerre sino-japonaise entre 1894 et 1895. Un récit japonais en est disponible ici à travers l’ouvrage d’époque de Jukichi Inouye, A Concise history of the war between Japan and China. Le conflit se solde par une victoire japonaise et le traité de Shimonoseki. Ce dernier prévoit, au titre des concessions territoriales, que le Japon est désormais propriétaire de la presqu’île de Liaodong ainsi et surtout de Taïwan et les îles attenantes, dont les Pescadores et les Senkaku. Depuis 1971 trois entités étatiques se disputent le contrôle des quelques îlots en question : l’Etat japonais, la République Populaire de Chine sur le continent et la République de Chine basée à Taïwan.

Ce rappel historique a pour but de fixer le cadre chronologique et géopolitique du propos qui va suivre. Celui-ci se veut une étude de certaines justifications historiques alléguées par certains Japonais pour affirmer leur droit et leur légitimité sur les îles Senkaku. Si l’argumentaire japonais est ici ciblé, cela ne veut pas dire que les justifications chinoises et taïwanaises ne sont pas également de nature historiques. Néanmoins, elles ont déjà été décortiquées dans un article de Thierry Mormanne pour la revue Ebisu en 1996.

(suite…)

Les leçons d’Anne Cheng sur les interprétations des écrits de Confucius

Anne Cheng, professeur au Collège de France

Anne Cheng, professeur au Collège de France

Le Collège de France est depuis plusieurs siècles, 1530 exactement, un établissement où plusieurs générations de professeurs enseignent, comme le dit leur slogan, « la recherche en train de se faire ». De nombreux cours concernent les sciences sociales et notamment l’histoire, depuis l’antiquité jusqu’à la période contemporaine. Je voudrais néanmoins attirer l’attention aujourd’hui sur un cours bien spécifique. Il s’agit des leçons regroupées sous le thème de « Confucius revisité, anciens textes, nouveaux discours ». Cette thématique est professée par Anne Cheng et constitue les trois premières années d’enseignement de la sinologue, entre 2009 et 2012. Ce cours se poursuit actuellement sous le titre de « Confucius ressuscité ». Durant ces nombreux cours Anne Cheng se propose de décortiquer la réception et les interprétations de l’oeuvre de Confucius, notamment autour des Entretiens, depuis environ un siècle et demi. Cette réception a été très diverse dans le temps, depuis une exécration à partir de la fin de la Chine impériale, poussée à son paroxysme durant la Révolution culturelle, jusqu’à un retour triomphal depuis environ une vingtaine d’années.

(suite…)