l'histoire est un combat

Accueil » 2014 » septembre

Monthly Archives: septembre 2014

Grandeurs et misères du blogging. Explications sur un arrêt momentané

Cogito ergo blogS’arrêter dans notre activité blogueuse pendant près de deux mois – le dernier article datant du 28 juillet dernier – , mérite plus d’explications que les quelques mots un peu laconiques publiés il y a environ un mois sur la page Facebook de ce blog et sur Twitter. Nous allons donc entamer un petit excursus personnel, non pas par désir narcissique et auto-apitoyant, mais aussi parce que cela interroge le travail de blogueur que nous avons cherché à développer ici et ce de façon assez générale. Nous n’attendons pas nécessairement des messages de consolation, même si ceux qui le feront seront chaudement remerciés. Ce billet n’est pas là pour cela. Ce blog n’est pas le lieu idoine pour cela. Même si, comme pour tout travail de rédaction, l’auteur met nécessairement un peu de lui-même – de ses joies, de son histoire personnelle et de ses névroses – dans ses écrits, nous n’oublions pas que ce blog est avant tout un espace de réflexion sur les usages publics de l’histoire ou sur la possible popularisation au plus grand nombre possible du savoir de Clio.

Nous profiterons également du moment pour faire un point sur l’avancée de ce blog depuis son déménagement à l’adresse lhistoirestuncombat.wordpress.com, notamment en termes de statistiques des flux générés ainsi que pour ce qui est de l’évolution de nos réseaux sociaux en lien avec nos activités de blogueur historique.

De la nécessaire maturité intellectuelle

Considérant que notre tâche est de bien plus haute importance que notre propre petite personne, les lignes de ce blog n’ont été qu’assez rarement le théâtre d’épanchements personnels. L’une des dernières occurrences remonte désormais à environ un an et demi. Nous y exposions – dans un texte peut-être un peu mal écrit et gauche, mais déposé là avec la sincérité d’un homme épris – les deux passions qui agitaient ma vie à cette époque. L’une des deux m’a quittée récemment. Et nous ne parle pas ici de passion historique.

(suite…)