l'histoire est un combat

Accueil » 2012 » novembre

Monthly Archives: novembre 2012

L’histoire gréco-romaine en mode partage IV

Thucydide d'Athènes (vers 460 - vers 400)

Thucydide d’Athènes (vers 460 – vers 400)

Après avoir longuement parlé de choses et d’autres sur des sujets tels que la mémoire ou ce qui me semble être les mésusages de l’histoire suite au dernier numéro du Figaro Histoire, avec cet article je voudrais revenir à mes premiers amours : l’histoire grecque. J’en profite également pour continuer la série d’articles où je propose de mettre à disposition de tous les sources de l’histoire gréco-romaine antique en téléchargement libre. Comme précédemment une présentation de l’auteur ainsi qu’une petite bibliographie, notamment à propos des commentaires et des scholies de l’oeuvre choisie, sont ajoutés. L’ensemble des anciens derniers articles sont lisibles ici : I, II, III.

Le premier auteur que je voudrais mettre en lumière aujourd’hui est Apollonios de Rhodes. Sa vie est relativement mal connue, mais on sait, notamment grâce à sa notice dans la Souda, qu’il a vécu durant le IIIème siècle avant notre ère. Il serait né  au début du siècle, probablement durant les années 290, mais des doutes persistent sur la localisation de cette naissance, les auteurs anciens mentionnant Alexandrie (Strabon, Géographie, XIV, 2, 13) et Naucratis (Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes, VII, 283d) . Malgré tout il demeure que durant sa jeunesse il a été le disciple de Callimaque de Cyrène à Alexandrie, mais que plus tard leurs relations se sont détériorées, à telle point qu’Apollonios a été obligé de quitter la ville de résidence royale des Ptolémées d’Egypte pour s’installer à Rhodes. C’est probablement grâce à bon accueil que lui font les Rhodiens qu’Apollonios est appelé « de Rhodes ». Par ailleurs c’est à l’époque de son exil rhodien qu’il compose son poème le plus connu, Les Argonautiques. Dans celui-ci il raconte l’histoire de la quête de la Toison d’or par Jason et les Argonautes en cherchant à retourner à la simplicité homérique. Auparavant il a été le tuteur du futur Ptolémée III. A une date qui est néanmoins incertaine, probablement aux alentours des années 270, Apollonios de Rhodes est nommé Bibliothécaire de la Bibliothèque d’Alexandrie. Il conserve ce poste jusqu’à environ 245 avant notre ère, date à laquelle le nouveau pharaon, Ptolémée III, choisi de nommer Eratosthène de Cyrène. Enfin, la date et le lieu de sa mort sont également débattus, les sources anciennes divergeant entre Alexandrie et Rhodes, mais il est probable qu’il a dû s’éteindre aux alentours de la fin du IIIème siècle.

(suite…)

Les forfaitures intellectuelles de Bernard Lugan

article_longuet

Bras d’honneur de Bernard Longuet dans l’émission « Preuve par 3 » sur LCP le 30 octobre 2012 suite à une question de la journaliste portant sur la demande de l’Algérie pour une « reconnaissance franche des crimes perpétrés par le colonialisme français ».

Dès l’époque de la décolonisation, le combat a été féroce pour savoir si le colonisateur était responsable de déprédations ou autres exactions sur les populations colonisées ou si son action était le résultat d’une « oeuvre bienfaitrice » qui aurait émancipée les populations locales de la « barbarie » qui les aurait soi-disant caractérisée précédemment. Nous sommes désormais loin de discours aussi caricaturaux, même si on retrouve dans une certaine mesure un peu de l’accusation de « barbarie » pré-coloniale avec les dires de Nicolas Sarkozy lors de sa visite à Dakar en 2007. Néanmoins, il demeure que des reliques mémorielles sont encore en circulation actuellement et que ces débats ont pris des tours souvent identitaires voir politiques. Néanmoins, il serait faux de croire que ces confrontations idéologiques ne sont l’oeuvre que de personnes de la « société civile » (associations, politiques, etc.) et que les historiens seraient loin de tout cela ou n’agiraient, souvent à bon droit, que comme des « redresseurs de torts ».

Le but de ce billet est de s’attaquer à un débat au sein duquel certains historiens brillent par un oubli manifeste de la méthode historique, mais aussi par une vision idéologique des choses. Le sujet abordé est relativement ancien, mais il a connu de récents rebondissements en octobre dernier du fait d’évènements, de déclarations officielles et des réactions qu’il a suscités. Il s’agit de la véracité, de l’ampleur et de la nature de la répression de la manifestation illégale du FLN à Paris le 17 octobre 1961.

(suite…)