l'histoire est un combat

Accueil » 2012 » mai

Monthly Archives: mai 2012

Comment l’Histoire peut-elle concurrencer l’Archéologie ?

Capture d'écran du film "300" de Zack Snyder

Capture d’écran du film « 300 » de Zack Snyder

Autant le dire tout de suite, le but de cet article n’est pas de créer une quelconque « guerre scientifique » entre historiens et archéologues, qui serait pour le moins stérile et inutile vu à quel point nous collaborons ensemble chaque jour que ce soit en tant qu’étudiants ou au sein des laboratoires de recherche. Toutefois, je pense que l’on peut l’ériger en tant que fait aisément démontrable, que les archéologues ont un avantage de taille sur nous historiens en terme d’audience auprès du public.

Le point de départ de cette constatation est ma participation samedi dernier, grâce à des amis de l’Association Arkéfact (blog et page Facebook), à l’évènement Les Gaulois sont dans la plaine organisé par les Trimatrici dans la petite ville de Gerstheim. Au menu reconstitution de combats entre Gaulois et Romains ainsi que de la vie quotidienne de chacun des campements et démonstrations de techniques métallurgiques, de teinture et de tissage gauloises. En discutant avec les participants ou en écoutant leurs explications, les gens ont pu, en tout cas j’ai personnellement appris, apprendre quelque chose sur l’environnement mental et sensitif des Gaulois. De ce fait l’intérêt pour la vulgarisation est atteint. Mon esprit un peu corporatiste d’helléniste s’est dit « Pourquoi pas nous ? » et je commençais à me réjouir de la possibilité de pouvoir trouver et assister dans un futur plus ou moins proche à ce même genre de manifestation, mais pour l’histoire grecque.

(suite…)

L’histoire gréco-romaine en mode partage II

Pythagore (environ 580 - environ 495), philosophe présocratique

Pythagore (environ 580 – environ 495), philosophe présocratique

Comme promis précédemment, je démarre maintenant mon deuxième post concernant le partage de fichiers de sources pour l’histoire gréco-romaine. A noter que j’ai réussi à mettre la main sur le catalogue de la Loeb Classical Library  et j’ai commencé à rechercher certains des fichiers, éditions bilingues grec-anglais en versions PDF, pour me les procurés et les partagés à travers ce WordPress. A l’instar de l’upload et le partage de tous les fichiers habituels, cette dernière est une tâche immense. Par ailleurs, étant assujetti aux règles du copyright et de la libre disposition des fichiers numériques passé une certaine durée de temps, je ne peux garantir de pouvoir mettre à disposition tous les volumes de la Loeb. 

Le premier fichier que je voudrais mettre à disposition concerne une oeuvre du père de la doxographie pour l’histoire grecque, Hermann Diels. Il s’agit des Fragmente der Voroskratiker (volume I, volume II et volume III). L’originalité des versions que je possède et transmet ici est qu’elles sont bilingues grec-allemand. Cet ouvrage permet de donner une première édition des écrits des philosophes de l’époque archaïque et du Vème siècle, mais avant Socrate. On y trouve, notamment, des extraits de Thalès de Milet, Pythagore de Samos ou encore Parménide et Zénon d’Elée. Même si des études ultérieures ont été menées, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une source de travail de base très intéressante.

(suite…)

Les défenseurs du Métronome de Lorant de Deutsch ou une vision chrétienne de l’Histoire

Capture d'écran de la page d'accueil du blog http://charlesvaugirard.wordpress.com/

Capture d’écran de la page d’accueil du blog charlesvaugirard.wordpress.com/

Après mon premier article sur le livre de Lorant Deutsch, Métronome. L’histoire de France au rythme du métro parisien, je reprends le clavier aujourd’hui pour répondre à divers articles que j’ai pu trouver sur le net, notamment celui de « Charles Vaugirard« . Il développe plusieurs points qui relèvent parfois plus de la rhétorique que de l’argumentation sérieuse. J’en veux pour preuve l’attaque contre le prétendu parti pris, voire même postulat, de l’auteur du site Rue89 Culture, Louis Lepron. Charles Vaugirard pense pouvoir tirer parti de la faiblesse linéaire du paragraphe consacré à la critique purement historique et méthodologique pour conclure que l’intérêt de l’auteur n’est pas la défense de la science historique et de ses particularités méthodologiques, mais de tacler Lorant Deutsch pour, selon L. Lepron avec raison, ses lectures idéologiques de l’histoire de France. A cela je ne saurais répondre que parfois l’avarie de mots est la meilleure réponse à apporter puisqu’elle permet de se concentrer sur l’essentiel. Par ailleurs, les erreurs et manques de l’ouvrage de Lorant Deutsch sont tellement criants qu’il n’est pas besoin de creuser très longtemps pour arriver à leur fond.

(suite…)